Savoir miser ou non la turn

 

poker.jpg
Stuart Rutter revient cette semaine avec un nouveau sujet de stratégie: « Savoir miser pu non la turn ». Il aborde les points essentiels qui vous permettront de prendre la bonne décision.

Vous suivez une relance de la part de la big blind en position intermédiaire avec (8-Hearts)(7-Hearts), le flop affiche (Q-Hearts)(8-Diamonds)(6-Diamonds).

Votre adversaire fait une grosse mise, mais vous n’êtes pas sûr qu’il vous batte. Les huit, les sept et un tirage couleur backdoor sont autant d’outs qui vous permettent de faire un call. Le(8-Spades) à la turn vous donne un brelan. Avec 2.000 dans le pot, votre tapis de 6.000 est couvert par votre adversaire. Que faites vous? Devez vous mettre le reste de vos jetons dans le pot?

Ce genre de main provoquent souvent des erreurs. Beaucoup de joueurs peuvent payer un flop mais miser énormément sur un turn aussi effrayant. Si nous faisons cela, nous montrons que la turn a amélioré notre main. Il y a aucun moyen que vous passiez cette main, il est alors préférable de jouer cette main pour gagner de la valeur.

Différents types d’adversaire

Ce que vous devez faire à la turn dépend de votre adversaire:

Si votre adversaire est très agressif et assez large pour surévaluer à sa main, il serait plus correct de checker. Il peut alors surévaluer une main telle que KQ, ou même JJ. Son agression prouve qu’il est prêt à miser avec sa main à tirage, c’est alors l’occasion de faire un check-raise à tapis. Il peut même être sur un bluff complet, chose dont on ne pourrait pas profiter si nous misons à la turn.

Cependant, vous verrez que la plupart de vos adversaires développent un jeu standard et prudent. Un joueur standard fera un continuation bet sur beaucoup de flops mais évitera de continuer de miser sur la turn. Il mise au flop sur un tirage mais il saura qu’une doublette à la turn lui enlève l’opportunité de miser. Le board est assez dangereux puisqu’une dame ou un huit bat sa main à tirage, un check lui donnerait une carte gratuite. Notre adversaire peut également slow-player sa main en checkant avec KQ ou JJ.

Miser gros à la turn est également une possibilité. Une grosse mise peut vous mettre sur une main faible. Ne faites pas la bêtise de miser la moitié du pot, car votre adversaire vous mettre sur une grosse main. Réfléchissons maintenant à l’éventail de mains que votre adversaire peut posséder afin de savoir si une mise à la hauteur du pot était judicieuse.

Vous surpassez un AQ, KQ, AA ou KK de votre adversaire

Essayons de voir l’action du point de vue de notre adversaire, une grosse mise à la turn ne devrait pas le faire passer. Il semble que nous utilisions le deuxième huit comme une carte effrayante, et notre adversaire en déduira qu’il est en bonne posture. Alors, il peut très bien faire un « all-in » pour protéger sa main et remporter le pot, notre objectif est alors atteint.

Vous surpassez un JJ, 1010 ou 99 de votre adversaire

Avec ce genre de main, votre adversaire n’aura pas de mal à passer sa main, mais la situation n’est pas facile pour lui. Certains adversaires peuvent vous mettre sur un bluff, et alors faire un move à tapis. Vous aurez alors un pot énorme et votre objectif sera également atteint.

Notre adversaire est à tirage quinte ou couleur

Ce scénario montre que nous aurions tort de checker la turn puisque nous invitons notre adversaire de toucher une carte gratuite. Une telle mise fera fuir notre adversaire mais vous évitons de voir une river effrayante. Néanmoins, notre adversaire n’a pas la côte pour suivre. Alors, il peut soit passer soit payer.

Echangeons les rôles

Que feriez vous si vous étiez dans la peau de votre adversaire? Disons que nous avons un même flop (Q-Hearts)(8-Diamonds)(6-Diamonds)(8-Spades) et demandez vous ce que vous feriez si vous aviez une main comme (A-Diamonds)(10-Diamonds) ou (9-Diamonds)(7-Diamonds)?

La logique est inversée et la pire chose à faire serait de faire une grosse mise. Nous devons donc trouver un scénario qui nous rendrait crédible:

La meilleure chose à faire est de checker. Idéalement, notre adversaire misera et nous pouvons alors faire un check-raise. On nous mettra alors sur une grosse main telle qu’un brelan floppé. Ce scénario nous permettra de gagner un gros pot en faisant passer notre adversaire.

Vous devez alors être sûr d’être face à un bon adversaire qui est capable de retracer toutes les possibilités et de vous mettre sur une grosse main. Quelque fois, une telle mise ne fera pas fuir votre adversaire, qui, même s’il pense être battu, pensera qu’il est déjà trop impliqué dans le coup pour se permettre de passer.

Un autre moyen d’avoir de l’action est de faire une mise ridicule. Misez peut être la moitié du pot pour faire croire que vous avez une grosse main. Il est vrai qu’en général un adversaire vous payera une fois, mais pas deux fois. Donc, soyez prêt à bluffer la river. Certains joueurs ont peur de bluffer la river une fois qu’ils ont bluffé la turn. Faites une mise suffisante sur la river pour faire douter votre adversaire et ne misez pas trop sinon il vous mettra sur un bluff.

Source PokerNews

 

gta legende |
metalgear |
boblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | spartanseize
| battle
| programateurpilout