Monter sa structure

tournamentdirector2.jpg

La structure d’une partie est un des facteurs si ce n’est le plus important pour son bon déroulement. Il est primordial d’y faire très attention car une structure inadaptée ne permettra pas aux joueurs de prendre du plaisir autour de la table : si c’est trop turbo, ils resteront sur leur faim ; si c’est trop long ils auront tendance à perdre patience et finiront souvent par faire n’importe quoi. Bien sûr, je parle ici plus de joueurs débutants que de joueurs expérimentés car ces derniers arriveront à s’adapter plus rapidement.

J’aborderai plusieurs points déterminants pour mettre en place une bonne structure comme le stack de départ et l’augmentation des blindes. Je vous donnerai des exemples de structures : professionnelle telle que celle d’un European Poker Tour et également celles que j’utilise lors de mes parties privées.

 

I Mise en place d’une structure

A Le stack de départ

Le stack de départ joue forcément un rôle prépondérant dans la structure que vous souhaitez mettre en place. Plus ce dernier est profond (deep) et plus les joueurs pourront tenter des coups, attendre d’avoir de bonnes mains pour jouer et prendre des risques sans pour autant mettre leur partie en jeu. A contrario, plus le stack de départ est faible, plus les joueurs seront obligés de bouger rapidement, de jouer avec des mains marginales pour rester à flot dans la partie.

Un des indicateurs le plus simple à utiliser pour vérifier si le stack de départ tient la route est le « M » de Paul Magriel (enseignant de mathématiques et célèbre joueur de poker & backgammon). Il permet de calculer la pression des blindes par rapport à son stack à tout moment de la partie. C’est pourquoi Il est très couramment utilisé pour se situer en cours de partie, plus particulièrement lors de SnG ou tournois mais il permet également de savoir facilement la profondeur d’un stack au départ d’une partie. Dans notre cas, il se calcule ainsi :

lem.jpg

Par exemple : vous souhaitez faire partir les joueurs avec un stack de 2000 et des blindes 10-20 pour le premier round. Le M de départ sera donc de 66 -> [2000 / (10+20)] ce qui est tout à fait correct.

Bien sûr le stack de départ ne fait pas tout, l’augmentation des blindes et la durée de chaque round jouent un rôle important.

B L’augmentation des blindes

C’est souvent là que cela se complique car si les premiers rounds sont souvent faciles à trouver, il y a toujours un moment où la mise en place des augmentations devient un casse-tête. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’une partie ne fait pas l’autre et que même si cela a bien fonctionné une fois, ça ne sera peut être pas le cas la fois suivante. Ce qu’il faut c’est avoir une trame et pour cela il y a des logiciels ou des sites pour nous aider comme par exemple Tournament Director, sur lequel je reviendrais plus tard, ou alors le site Blind Valet que je vais prendre pour exemple car très simple d’utilisation. Il permet de vous donner cette trame si importante, libre à vous ensuite de modifier certains rounds pour éviter les augmentations trop brutales, c’est en tout cas ce que je fais et vous conseille.

Exemple : nous allons continuer avec l’exemple commencé plus haut ; chaque joueur part avec 2000 en stack, 10 joueurs autour de la table et blindes 10-20 pour débuter. J’ai également rentré comme paramètres que les rounds seront de 30min pour une partie estimé à une durée de 6h et aussi la valeur des jetons.

blindvalet1.jpg

Une fois tous les champs utiles remplis, il suffit de lancer le calcul pour que cela vous donne la structure des blindes et la répartition des jetons (honnêtement je ne suis jamais cette dernière mais je reviendrai sur la répartition plus tard). Voici ci-dessous le résultat :

blindvalet2.jpg

Ce que je fais régulièrement c’est surtout de m’attarder sur les derniers rounds et en particuliers le dernier. Dans le cas présent, vous pouvez enlever les rounds 60-120, 80-160, 120-240 et 160-320 pour les remplacer par 100-200, 150-300 et en ajoutant le round 400-800. C’est sûr qu’au final cela fait un round en moins mais la structure est plus linéaire sur la fin au moment où les blindes sont très pressantes et vous pouvez même bloquer l’augmentation au niveau 500-1000 pour que le heads up se joue en mode poker et non en mode super gamble. De plus cela permet d’effectuer rapidement le color up & chip race et ainsi pouvoir enlever les jetons de 10 et 20 dès le round 5.

C La durée des rounds

Encore un facteur clé dans votre structure, plus les rounds seront courts et moins il sera évident de pouvoir jouer un « beau » poker car la pression des blindes deviendra rapidement étouffante. Pour faire simple, on ne va retenir que 4 durées différentes : 15min (turbo), 30min (bon équilibre entre plaisir de jeu & durée), 45min (le meilleur compromis selon moi), 1h+ (pour les parties version « deep stack » le top du top lorsqu’on a le temps).

D La répartition des jetons

Sur ce point il n’y a aucune incidence sur la structure en elle-même, c’est plus à vous de la gérer en fonction du matériel que vous avez. Cependant, je vous conseille de favoriser les jetons de petite valeur pour ne pas avoir à faire de monnaie dans les premiers rounds sachant que de toute manière ils seront enlevés lors du color up en faveur des jetons plus importants. Pour vous donner un exemple, avec notre cave de 2000, voilà ce que je préconise :

-          10 jetons de 10

-          20 jetons de 20

-          10 jetons de 50

-          5 jetons de 100

-          1 jeton de 500

E Tableau indicatif en fonction du M et de la durée

Voici un tableau qui vous donnera un ordre d’idée rapide sur la typologie d’une structure selon deux indicateurs évoqués précédemment le M et la durée. J’ai considéré pour faire ce tableau que l’augmentation des blindes est linéaire et pas trop violente. Ne soyez pas surpris, le M est souvent un chiffre qui n’est pas rond.

tableaumdure.jpg

Je vous conseillerai d’éviter les « Turbo » et dans les « Souple » il faudrait privilégier la structure 66 en M & 30min qui est bien adaptée pour une partie en semaine. Optez plutôt pour les 4 structures du centre qui sont tout de même les plus équilibrées. Les versions « Deep » ne doivent être retenues que lorsque vous êtes sûr que tous les joueurs ont le temps donc principalement le week-end.

Après bien sûr, tous ces conseils restent soumis à une variable que personne ne peut maîtriser lors d’une partie : les rencontres ! J’ai vu des parties avec une structure « souple » durer aussi longtemps que certains deep stack.

PS : A noter que pour la structure « Deep ++ », je conseille fortement d’insérer des antes assez rapidement si vous ne souhaitez pas que la partie dure tout de même trop longtemps.

 

II Les exemples précis de structures

A European Poker Tour

Les joueurs démarrent avec 10 000 jetons en stack et voici la structure précise :

structureept.jpg

Vous pouvez remarquer que les antes (ces mises obligatoires avant la distribution des cartes) arrivent relativement vite car cela augmente énormément la valeur des pots préflop et pousse encore un peu plus à ce qu’il y ait de l’action. Le M de départ est à 133 avec des rounds d’une heure donc vraiment une structure « deep ++ » ce qui est tout à fait logique compte tenu du buy-in de ces tournois qui est au minimum de 5000€.

B Structures lors de mes parties privées

Je ne vais pas toutes les énumérer car j’en ai pas loin d’une dizaine (souple, normale, deep, avec recave). Je vais mettre quatre exemples où j’ai privilégié la profondeur du stack de départ plutôt que la durée des rounds.

1. Stack de départ 3000 – Blindes 10/20

Structure classique pour une partie de week-end, elle permet d’avoir pas mal de profondeur pour commencer (M de 100).

Les rounds :

structure1rounds.jpg

La répartition des jetons :

structure1rpartition.jpg

2. Stack de départ 5000 – Blindes 10/20

Structure « deep+ » avec un M de départ de 166. C’est celle que j’utilisais le plus à une époque car ça permet de vraiment jouer au poker en prenant des risques et où on peut se relever d’un mauvais coup. Vous pourrez noter également que pour le coup, les rounds sont de 40min ce qui intensifie l’impression de profondeur.

Les rounds :

structure2rounds.jpg

La répartition des jetons :

structure2rpartition.jpg

3. Stack de départ 10000 – Blindes 50/100

Cette structure est celle que j’utilise maintenant pour les parties faites en semaine. On part avec un M de 66 et j’ai mis des rounds de 40min étant donné qu’il y a moyen de profondeur que la version 3000 – 10/20. De plus j’ai fait attention à ce que l’augmentation des blindes soit relativement linéaire pour éviter les changements brutaux et donc de ne pas passer d’un stack confortable à un stack tout « pété » qui oblige à rentrer en mode binaire.

Vous pourrez également remarquer dans la répartition des jetons qu’avec cette structure, cela nécessite

Les rounds :

structure34rounds.jpg

La répartition des jetons :

structure3rpartition.jpg

4. Stack de départ 20000 – Blindes 50/100

La version « deep+ » de la structure précédente. Je n’ai apporté aucune modification par rapport aux rounds, il y a uniquement plus de profondeur au départ avec un M de 133.

Les rounds :

structure34rounds.jpg

La répartition des jetons :

structure4rpartition.jpg


III Tournament Director

Ce logiciel permet de tout gérer lors de la mise en place d’une partie puis lors de son déroulement : round, stack de départ, répartition des jetons, joueurs, tables, l’horloge. Forcément il faut tout paramétrer même si le soft pourra vous aider en vous proposant lui-même l’augmentation des blindes ou le nombre maximum de joueurs que vous pouvez accueillir à votre table par rapport aux jetons que vous possédez et la répartition que vous avez rentrée.

Il existe plusieurs versions de ce logiciel :

-          la version 1 est gratuite et disponible en download du site Caen Poker ;

-          la version 2 est payante mais beaucoup plus complète.

Vous pourrez également trouver sur le net un patch pour que le logiciel passe en français. Personnellement j’utilise la version 2 dont je vais vous faire quelques copies écran pour vous montrer.

Page d’accueil

td.jpg

Les boutons dans le rectangle bleu sont les options pour la page en cours (charger, sauvegarder, insérer, etc…) ; les boutons dans le rectangle rouge sont les différents points que vous devrez paramétrer (rounds, jetons, présentation, joueurs, etc…) ; la zone verte sont les boutons relatifs à la visualisation en cours de la partie (tournoi, classement des joueurs, plan des tables, etc…).

Pensez à prévoir du temps pour tout paramétrer surtout si vous souhaitez avoir une présentation vraiment personnalisée.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me contacter.



4 commentaires

  1. cheucheu dit :

    Belle rubrique
    Nice job Sylvain … tellement important la structure je trouve ;)

  2. DasAmnesiac dit :

    J’avoue que nos discussions et les structures que tu peux faire chez toi m’ont beaucoup inspiré pour ce dossier :)

  3. site de poker dit :

    Excellent article, très important pour organiser un tournoi interessant.

  4. Rincevent dit :

    Je découvre, nice post ;)

Répondre

gta legende |
metalgear |
boblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | spartanseize
| battle
| programateurpilout